Teenage Kicks : inauguration de l’exposition Inside Out

Rennes, c'est bien ! Viens, cousin.

Vendredi 11 septembre 2015 a eu lieu l’inauguration de l’exposition INSIDE OUT dans le cadre du festival d’art urbain Teenage Kicks. C’est à l’intérieur de la mission Pasteur, l’ancienne fac dentaire bien trop vieillissante située en plein centre de Rennes, que s’est tenu le coup d’envoi de cette belle exposition.

View original post 439 mots de plus

Publicités

La Chanson du Matin qui va bien.

Aujourd’hui je vous fais écouter une chanson qui passe en boucle sur mon MP3 tellement c’est bien et c’est trop court.

Un coup de coeur fois un milliard, d’autant plus que je connais la voix. Tu es géniale, lunaire, magique, et je t’en prie vite sortez moi un album.

Alors toi aussi CLIQUES. ❤

http://ginkomusic.bandcamp.com/track/parallax-song

Le Slow- boat. ( seconde partie )

Houay Xai à Pakbang.DSC02229

On s’est encore arrêté un nuit.
( Oui, tu commences à nous connaitre et tu devais t’en douter! )
Houay Xai, ce village enfin, cette rue, est juste un lieu de passage pour ceux qui prennent le bateau ou ceux qui ont réservé un trek-tyrolienne.
Juste en face de Chiang Khong de l’autre côté de la rive, tu auras quand même un peu de choix pour te restaurer et pour trouver une guest house.
A savoir, le Laos est un peu plus cher en terme de nourriture. ll faut compter à peu près le double qu’en Thaïlande, soit environs 1 à 2€ pour un repas.

On décide de faire un petit tour et on aperçoit une petite bonne femme qui agite une pancarte  » I have everything you need! « . Pleine de bagout et toute sautillante elle propose de préparer des sandwich pour le lendemain afin d’avoir de quoi manger sur le bateau.
Il faut savoir qu’il y a tout ce qu’il faut à bord du bateau seulement tout coute le double. Exemple, pour une grande bière c’est entre 1/1,5€ sur terre 2€sur l’eau.

Bonne nouvelle, il y du VRAI PAIN! Donc de VRAI SANDWICH BAGUETTE!
Et même des croissants! Et oui, on a laissé des traces de notre passage…

image

On fait le trajet à vide jusqu’au  » ticket office « , et ô surprise on se fait embrigader dans un pot de départ d’un des employés.
Alors, il faut savoir que quand le Lao boit, le Lao boit… Beaucoup…
Et qu’ils étaient déjà tous bien en état d’ alcoolisation avancée.
Karaoké sur ordinateur à fond, litres de bière déversées au sol, repas enfouis sous les gobelets plastiques…
On croise le regard un peu ennuyé de deux touristes qui semblaient avoir aussi un peu bu en l’honneur du futur muté.
Allez on est reparti pour une petite danse en rond autours d’un pilier, à 10 sur 3m carré. C’est rigolo et même si un de nos nouveau copain parle français, la musique est vraiment trop forte ce qui n’aide pas à la compréhension et on décide de dire au revoir.

image

image

Les bateaux sont collés les uns aux autres, lequel sera le notre demain?image
Ils sont tous plus ou moins équipés de sièges de voiture contrastant avec l’habitacle traditionnel en bois laqué.
Entre deux verres on nous avez dit que le guichet ouvrait à 8h, que le bateau partait à 11h30, mais on avait lu ci et là qu’il fallait arriver assez tôt pour avoir les places les moins bruyantes, situées à l’avant de l’appareil.

Le Slow-Boat

image

Le voyage en slow boat permet de partir de la frontière afin de rallier Luang Prabang en deux jours avec un stop pour la nuit à Pakbang pour 20€. On peut le faire en sens inverse mais c’est un peu plus long vu qu’ il va à contre courant ( hey hey ).
Tu peux aussi le faire en un jour, mais on te déconseille fortement cette option, les accidents ne sont pas négligeables et la perte de l’ouïe due au moteur surpuissant sont assez fréquent.
Pour les avoir vu passer, avec des casques intégraux de moto, à fond, c’est vraiment trop risqué pour nous. Il faut vraiment être inconscient. Ou très pressé pour prendre ce risque.
L’option bus est aussi envisageable, mais franchement on a eu des avis qui ne nous ont pas trop emballés non plus.
Et puis traverser le Mékong, c’est franchement magique.

Et tu sais quoi? On était tellement content qu’on s’est levés à 7h30!!!!
Non en fait, on voulait tellement avoir les bonnes places et je suis tellement une stressée des transports qu’on s’est levés à 7h30… C’est plus vrai en fait.
On arrive à 8h sur place, on achète les tickets, et on est parmi les premiers!!
Super cool!!!
Bon on peut se placer un peu où l’on veut mais nous on trouve nos places assez cool donc c’est parfait.
Petites réserves de nourritures à la main, on se déchausse, on s’installe, on s’étalle.
On attend.
9H.
10H
11H.
On est juste à côté d’un couple charmant de jeunes français et une toute aussi charmante famille de quatre personnes, française elle aussi. Coïncidence marrante, ce voyage s’annonce fun.
11H30 : un bus de touristes arrive. Le bateau est déjà bien plein et on se demande pourquoi la dizaine de bateaux amarrés ne le soulagent pas.
On avait entendu dire que si les personnes faisaient bloc elles pouvaient réclamer d’être placées dans un second bateau.
12H : en tant que français on essai de fomenter un sabordage mais à peine les 40 nouveaux moussaillons à bord, le navire démarre.

DSC02248

 

La vie à bord.

Le bateau est très bien équipé : bar, toilettes européennes, petits coussins sur les banquettes, rideaux…
La classe marin d’eau douce!
En revanche il est bien plein, et tous nos camarades sont super contents d’être à bord même si le fait de prendre des formules tout comprises ne vous laissent que les places arrières. Ca trinque dans tous les sens, nom d’un pirate!!! Surement pour rendre le bruit plus doux aux oreilles.
Mais ce qui est triste, c’est que les locaux sont relégués au fin fond du bateau. Enfants en bas-âges ou pas, ça sera le vacarme ahurissant de la machinerie à essence pour eux. On reste complètement choqués.
Comment ne peuvent ils pas nous détester après ça?!

L’équipage français papote durant tout le voyage. On fait connaissance.
C’est pour ça qu’on aime aussi le voyage. Tu rencontres tellement plus de personnes de tout horizon!
 » Oui, enfin, la vous restez avec des français… » penses-tu.
Oui dans ce cas là, ( et dans d’autres aussi ) on l’avoue. Mais on t’assure qu’on a rencontré plein d’autres personnes du quatre coin du globe.
Malheureusement pour la rencontre avec les Laotiens ça sera pour une prochaine fois. On est parqué entre « blancs » et n’y voyez rien de péjoratif là dedans car on fait de très belles rencontres.
Le voyage va au-delà. Il rend les gens plus aptes à s’ouvrir, à communiquer, même si certains ne parle pas trop l’anglais. On a passé des bons moments avec des personnes qui nous parlaient avec les mains, en mixant leur langue natal et de l’anglais approximatif.
Le voyage c’est aussi être sur cette longueur d’onde que tu ne peux pas forcement avoir dans ton quotidien. L’onde du partage.

DSC02274

 

( si tu me retrouves, en face de moi, nos copains Français et comme le monde est petit, mademoiselle vient de Nice, à ma gauche, la formidable petite famille pleine de peps )

 

 

DSC02264

Le bateau avance. Lentement.

Mais c’est le total kiff. La nature autours de nous se montre sous son aspect le plus sauvage. ( J’aimerai pas échouer au bord du Mékong! )
Luxuriante. Impénétrable. Comme infinie.

DSC02271

Le Slow Boat en image.

L’équipage français du accoster dans un village fluvial pour dormir et repartir très tôt le lendemain matin.

Beaucoup de nos copains de bateau sont allés faire la fête, boire ( ou autre? ) et affichaient triste mines. Nous aussi étions fatigués, et parfois un peu barbouillés mais le paquet de Vache-qui-Rit était quand même le bienvenu.

On a fait connaissance de personnes chaleureuses; un charmant couple, et une famille formidable pendant ce périple extraordinaire. Une famille pleine de vie, d’aventure et d’anecdotes.
Un message pour vous  » on espère vous revoir un jour et on vous souhaite encore de partir ensemble, en famille, restez tels que vous êtes, ne changez rien. »

On a vogué dans un fleuve d’émeraude. Je ne peux pas retranscrire, même des mois plus tard, la sensation que j’avais. J’ai apprécié chacune des minutes passées à bord. A peine quelques jours au Laos et j’ai succombé. Je n’avais jamais vu quelque chose d’aussi apaisant, et je n’étais pas au bout de mes surprises.

Pour ce qui en est de la seconde partie de ce périple, si tu es là pour des informations pratiques, saches que NON, le Slow-Boat ne te déposera pas à Luang-Prabang même et que NON tu n’es pas obligé de payer la somme soit disant « officielle » ( et exorbitante ) des TUK-TUK. Prends ton sac, éloignes toi, de préférence à plusieurs ( ça les titille ) et tu verra qu’au bout d’un moment le prix descendra très vite.

Place aux images!

image

DSC02263

DSC02266

DSC02260

DSC02270

DSC02273

DSC02275

DSC02271

DSC02282

DSC02283

DSC02285

DSC02289

DSC02292

DSC02294

DSC02297

DSC02298

DSC02288

DSC02252

Le passage à la frontière et le Slow Boat ( première partie )

C’est le coeur un peu brisé que nous quittons Paï…
Mais en même temps l’envie de découvrir le Laos et de prendre la « bateau
lent » nous émoustille déjà.
On a décidé de couper le voyage en trois et de le faire en mode autonome, c’est-à-dire, de ne pas prendre de package comprenant bus-slow boat.
Il nous reste trois jours avant l’expiration de notre visa pour la Thaïlande.

Lire la suite Le passage à la frontière et le Slow Boat ( première partie )

Paï ou le paradis des trèfles à quatre feuilles.

Paï la romantique ou la décadente ?

En préparant notre itinéraire on s’est dit :  » alors, Paï? On y va ou pas?  »
Déjà parce qu’apparement la route est très sinueuse avec tout plein de virages. Et puis que sur certains forums c’était décrit comme un enfer touristique de hippies-décadents.

Après mure concertation ( une ou deux bonnes journées quand même ) on a voté pour.
On réserve le mini bus à partir de Chiang Mai et en bu-bus Simone!

Super conseil : si tu n’as que de la Cocculine et que comme moi ca ne te convient pas trop, ou si tu es parti sans rien pour le mal des transports, saches qu’au 7-eleven ils vendent des petits cachets de Dymenhydrinate pour seulement 5bats. Si tu n’es pas encore parti, demande de l’Hepatoum ( Mercalm ) même molécule, très efficace. ( bien demander conseil à son médecin, les médicaments ne sont pas des bonbons ). Ensuite, conseil de mono de colo, pas de liquide ni de repas avant le trajet, et on regarde droit devant.

Pendant le trajet, les cartes postales se succèdent.
Bon, je t’avouerai que les pilules m’ont surtout assomé, alors j’ai bien du dormir 2h.
( Mais franchement le confort de ne pas être malade ça vaut bien quelques heures de paysages ).
A près d’une heure du but, un stop est effectué, forcement on fonce au pipi et on évite de se faire assassiné pour un café ( expression pour le prix, n’aie pas peur de sortir du bus, personne ne va te découper pour la soupe du soir ).

Enfin on arrive dans un longue et étroite rue, LA rue principale.

Si le centre n’a rien de magique surtout en pleine journée…
Le soir il revêt son habit fait de guirlandes de lumière et un énorme marché y est installé.

IMG_0363-0

Niveau nourriture comme partout en Thaïlande ça reste extrêmement facile et on trouve de tout, du Burger au Falafel en passant par la pizza ou le barbecue végétarien. ( Oui tout ça en seulement 2 rues! )
Assez réputée et prise d’assaut par les thaïlandais depuis que deux films s’y sont tournés, cette ville ne doit pas être vue que comme un paradis de hippies déchus, mais plutôt comme une petit station de montagne pour week-end romantique.

Bon alors? Bon ou mauvais choix?

Notre réponse à cette question est :  » on a adoré Paï! « 
Oui Paï c’est aussi de superbes paysages, et un endroit paisible et cool.
Montagnes, rivières, petites cascades, ballades…
Nous on a vraiment eu un coup de coeur et pas seulement pour les hippies. Les choses évoluent et je comprends les habitués qui trouvent que Paï c’est  » devenu n’importe quoi  » comme tout habitué d’un lieu avec le temps… Mais on va te donner notre point de vue, c’est pas les hippies qui font chier, non, c’est ceux qui se vautrent dans les bars pour se bourrer toute la nuit et agir de manière irresponsable ensuite. Ceux qui se trimballent en maillot de bain avec une bière à la main parmi les locaux de jour comme de nuit.
Eux nous gênent.
Sinon, mis à part ça, on a aimé Paï car il n’y a pas que les deux rues centrales.
Il y a a aussi des papillons et des bungalows sur pilotis près de la rivière mais également un peu plus loin dans la nature avec vue sur le coucher de soleil.
On a choisi Swan Pakaran GH, près d’une boulangerie sympa et du nouveau temple en construction. On a loué un scooter car c’est un peu excentré et que le soir il fait bien frais à une certaine heure, autant faire les feignants. Mais l’avantage, c’est d’être au calme, avec une superbe vue.

image

Et puis on a aussi aimé Paï car on y a aussi rencontré des personnes superbes…

On a attrapé le virus Paï

Oui, vraiment.
Et le virus de Paï aussi…
Oui LE FAMEUX VIRUS DE PAI!
Celui qui dure 24h et qui te fais croire que la fin arrive.
Je ne compte plus le nombre de personnes que nous avions rencontré qui l’ont chopé quelque soit l’année de leur visite…

Les locaux prennent des anti-parasitaires pour ça, on a pas testé mais apparemment ça fonctionne bien.
Mais on va bien mieux ne t’en fais pas.
Bref, tout ça pour dire que faut y aller.

Un endroit magique.

Hhhhhhhaaaaaa…
Le hazard veut que sur mon chemin (enfin plutôt chez Mama Falafel) nous rencontrions deux personnes bien rigolotes.
Aude, que j’ai croisé maintes fois par le passé à mon boulot, et Adeline ou Doudou, la Princesse du royaume des trèfles à quatre feuilles.
(Nous retrouveront Aude dans d’autres aventures)
Etant moi même Princesse du royaume des licornes, on a longtemps discuté des affaires ces temps-ci. Les temps sont durs pour tout le monde, que veux-tu…Elle m’a aussi expliquer être une personne chanceuse par hazard. Elle peut trouver tout plein de trucs trop cool par terre.Nous sommes restés quelques jours ensemble et elle avait raison, on n’a pas pu rester seulement 4 jours comme prévus ( mais plutôt 10 à la limite pour sortir du pays ). Mais afin que nous puissions avoir succès dans notre périple elle nous offrît deux de ses précieux trèfles à quatre feuilles.

Oui.
Quelque part à Paï vivent des trèfles à quatre feuilles, je les ai vu de mes propres yeux. La Princesse leur rend visite annuellement pour s’assurer que tout va bien.
J’en ai gardé un Polaroid et un super souvenir de plus.

Alors voilà, Paï.
La Nature, les petites cabanes, le canyon, les champs de colzas, les cafés un peu bobos mais agréables, les rouleaux de printemps aux orchidées, le ginger tea servit dans un bambou… Doudou la Princesse aux trèfles et son copain baroudeur sportif, Aude, Barhat…
Le Virus.

image
On reviendra.

Et peut-être que si toi aussi tu y vas, tu rencontra le royaume du trèfle à quatre feuilles…

travel, share, love.